All the World is a Stage ♫ Chap. 2 : ... from Backstage to Frontstage...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 23 février 2019

SLASH @ Cirque Royal, Bruxelles - 23 février 2019 iiii];)'

Slash_CirqueRoyal_23fev2019.JPG
B9716954420Z.1_20180917172116_000_GF0C25HSI.2-0.jpg
Le Cirque Royal, notre Royal Albert Hall à nous Belges, version hard-discount ou low-cost. Mais qu'importe le flacon lorsque le contenu transcende l'enveloppe qui le contient. Car il y a de ces instants uniques, magiques, qui te marquent parce qu'ils ne surviennent que quelques fois au mieux - ou jamais au pire. Parce qu'ils te prennent à froid et par surprise. Par traîtrise, ils t'emmènent dans une dimension que tu ne soupçonnais même pas avant que tu ne franchisses à ton insu cette barrière spatio-temporelle.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
L'envolée hal-lu-ci-nan-te de 10 bonnes minutes dans laquelle SLASH nous emmène ce soir durant ce Wicked Stone a priori inoffensif fait partie de ces moments intemporels, de ces instants qui te marquent de manière indélébile, pour toujours et à jamais. Et ce coup d'éclat chaque soir réinventé par SLASH, chaque soir renouvelé et remodelé, refaçonné selon son humeur du moment, n'est plus une performance: c'est tout simplement un hapax. Un inénarrable et inégalable hapax.

Slash_Bxl_23fev2019_0006.jpg
Les scènes du monde entier sont arpentées par une une flopée de guitaristes, de tous ordres et de tous genres, de tous calibres et de tous formats. Dans cet univers bigarré où le meilleur côtoie le pire, subsistent une poignée de personnages hors-normes, qu'on appelle, pour une toute petite minorité d'entre-eux seulement, guitar-heros. Parmi ces happy-few, émergent encore deux ou trois Guitar Zeus exceptionnels. Et SLASH fait assurément partie de ces élus parmi les élus.

Slash_Graspop_2012_0020.JPG Slash_Graspop_2012_0034.JPG Slash_Graspop_2012_0043.JPG Slash_Graspop_2012_0081.JPG Slash_Graspop_2012_0106.JPG Slash_Graspop_2012_0124.JPG

La scène rock est peuplée d'excellents joueurs, des virtuoses du manche mais parfois piètres compositeurs. Ou de prolifiques auteurs mais, sur scène, aussi soporifiques qu'ennuyeux, comme éteints. Ou qui se révèlent être au contraire à ce points centrés sur la technique de leur "performance" qu'on les croirait concourir pour décrocher l'or olympique. Il y a aussi les surdoués de la six-cordes, mais incapables de te composer un morceau qui a du chien ou de te le jouer avec leur tripes.

Slash_Graspop_2012_0053.JPG SAMSUNG CAMERA PICTURES Slash_Graspop_2012_0044.JPG Slash_Graspop_2012_0054.JPG

On n'oublie pas non plus ceux aussi qui confondent "play", "perform" et "entertainement" ou - pire - qui les mélangent à mauvais escient. Il y a aussi ceux qui te prennent la guitare comme un manche à balai, et qui s'échinent à te déplacer le plus de poussière possible en un minimum de temps. Et il y a ceux qui s'endorment parfois avant même d'avoir terminé leur demi-partition...
Puis il y a SLASH, seigneur parmi une poignée de quelques autres titans. Hors catégorie.

Slash_Graspop_2012_0071.JPG SAMSUNG CAMERA PICTURES Slash_Graspop_2012_0075.JPG Slash_Graspop_2012_0096.JPG

Scrameustache parmi les extraterrestres de la six-cordes, SLASH est de ces rares auteurs-compositeurs qui allient le don de l'écriture à l'éclaboussante et insolente irradiation scénique. Soutenue par un jeu hors-norme, la richesse de ses compositions sert un doigté et un toucher qui n'ont d'égales que la maestria et la flamboyance avec lesquelles il nous démontre, une fois de plus ce soir, qu'on ne se bouscule décidément pas au Panthéon de l'Histoire du Rock'n'Roll. Amen.
Objection, votre Honneur ?

unnamed.png Slash_Graspop_2012_0128.JPG SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

jeudi 21 février 2019

Upcoming shows : NO ONE IS INNOCENT / NEAL MORSE / SHAKA PONK / Marco MENDOZA / IDLES....


** UPCOMING SHOWS ** full reviews & live coverages coming soon ** UPCOMING SHOWS ** :

The NEAL MORSE BAND @ Rockhal , Esch-sur-Alzette - 29 mars 2019 - info & tickets ICI
SHAKA PONK @ Rockhal, Esch-sur-Alzette - 30 mars 2019 - info & tickets ICI
NO ONE IS INNOCENT @ KuFa , Esch-sur-Alzette - 20 mars 2019 : info & tickets ICI

Eiffel_TerresRouges2012.JPG
EIFFEL sold out @ ZikZak , Ittre - 03 mai 219 : info ICI
IDLES sold out @ Den Atelier , Luxembourg - info ICI
MARCO MENDOZA @ ZikZak , Ittre - 07 avril 2019 : info & tickets ICI

ShakaPonk_Forest_24mars2018_0200.JPG TheDeadDaisies_Saarbrucken_24July2018_0240.JPG ShakaPonk_CabaretVert2018_0234.JPG TheDeadDaisies_Saarbrucken_24July2018_0193.JPG


** This site is not pretty smartphone compatible : use your desktop PC/MAC for best result... **

mercredi 20 février 2019

Now online : Steven WILSON @ Bruxelles - 18 février 2019

Paradoxe, paradoxe... L'artiste vit la tête dans les étoiles, immergé dans son futur et projetant le prisme de toute sa créativité dans l'ébauche de ce que sera son prochain chef-d'oeuvre. Son admirateur, lui, vit par procuration, remontant le passé de l'artiste par son oeuvre interposée, évoluant à travers la production de celui qu'il chérit.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0328.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0334.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0336.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0337.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0339.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0340.JPG

Il arrive cependant que l'un et l'autre se rejoignent pour s'enthousiasmer et vivre pleinement le moment présent, communiant dans l'éphémère de l'instant.
La prestation de Steven WILSON ce soir au Cirque Royal de Bruxelles fait partie de ces rares moments, et concourt à la magie de ces instants d'extase...
Full review maintenant ici en ligne, et clichés complémentaires sur notre www.facebook/Intensities-in-10s-Cities

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0411.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0412.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0414.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0415.JPG

mardi 19 février 2019

FIRST THREE SONGS w/ NO FLASH - pure live .jpeg ONLY !


We daily share our best live shots @ www.facebook / Intensities-in-10s-Cities
NO PHOTOSHOP, NO .RAW, NO f***ing LIGHTROOM, NO gimmick, NO sh*t, NO overdub : pure one-shots live .JPEG ONLY!
facebook-banner.jpg
ZZ_Top-Ramblin2017_0044.JPG 07-blanc.png TheScorpions_Forest_04avril2018_0143.JPG

Turbonegro_Sjock_July2018_0385.JPG

lundi 18 février 2019

Steven WILSON @ Cirque Royal, Bruxelles - 18 février 2019

StvenWilson_Bxl_PhotoPass_18fev2019.JPG
Dresser un portrait de Steven WILSON peut s'avérer de prime abord une tâche assez rebutante. Avec ses cheveux ni assez longs ni assez courts, ses fines lunettes de vue, son teint pâle et sa silhouette mince de végétarien, l'homme n'a rien d'une rock star et il ressemble davantage à un étudiant en anthropologie malgré ses 50 et des berges.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0036.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0126.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0165.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0241.JPG

En outre, sans aller jusqu'à donner raison à un chroniqueur qui lui attribuait le charisme d'un bigorneau, on ne peut que rester parfois perplexe devant son jeu de scène (pieds nus, pointant des index énigmatiques vers le public entre deux riffs ou secouant sa main libre dans le vide lorsqu'il chante débarrassé de sa guitare).

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0261.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0050.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0349.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0415.JPG

Du côté de sa vie personnelle, ce n'est guère plus enthousiasmant, rien ne filtre, ou si peu. Pas de frasques à se mettre sous la dent, ni de petites amies délurées. Les filtres, d'ailleurs, il en a souvent utilisés au début de sa carrière, en studio pour masquer une voix à laquelle il accordait peu de confiance, sur ses disques en se cachant derrière de nombreux pseudonymes fantaisistes ou sur scène avec des lunettes et un rideau de cheveux qui lui masquaient le visage.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0378.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0440.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0082.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0480.JPG

Les pieds nus viennent encore de là: Steven WILSON avoue une aversion depuis l'enfance pour les chaussures. Au départ, il monta sur scène contraint et forcé et l'accepta comme un mal nécessaire ("a necessary evil"). Jouer pieds nus n'exprimait donc pas une quelconque volonté d'affirmer un style, mais juste le moyen de se sentir le plus à l'aise, ou plutôt le moins mal à l'aise possible.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0507.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0512.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0530.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0098.JPG

Et le riff déboule, incisif et hypnotique, à la fois élaboré et limpide, qui vous happe, vous aspire et vous transporte inexorablement. Ce n'est pas tant vous qui pénétrez la musique de Steven WILSON qu'elle qui investit vos synapses, laissant sur les tympans et le cortex sa marque indélébile, pour le meilleur et... seulement pour le meilleur.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0522.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0531.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0540.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0532.JPG

On peut attribuer à la naturelle réserve de WILSON deux origines. Il s'agit d'une part d'un trait de caractère inné, mais surtout d'une décision bien consciente. Il aurait sans doute pu accomplir les efforts nécessaires pour se mettre davantage en avant mais il ne l'a pas jugé utile, ou plutôt il ne l'a pas jugé en adéquation avec la conception qu'il se faisait d'une carrière d'artiste. La musique, sa musique devrait parler pour lui. C'était cela qu'il voulait livrer au public et rien d'autre, surtout pas, en tout cas, une mise en scène de sa personnalité.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0545.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0570.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0621.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0633.JPG

N'allez pas y voir de la fausse modestie ou une extrême pudeur. En vérité, Steven WILSON considère que toutes les informations privées émanant de sa personne ne pourraient que polluer son oeuvre. Car il sait finalement très bien ce qu'il veut atteindre et ne compte pas distraire l'auditeur avec autre chose que ce qu'il a enregistré. Il reconnait éviter toute cette nouvelle société de l'immédiateté qui permet de tout savoir sur les artistes en les googlelisant parce qu'elle fait disparaître la magie.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0091.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0173.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0276.JPG

Certes, il est bien conscient de passer pour une sorte de rabat-joie et d'antisocial, mails il le récuse car l'essentiel pour WILSON est de préserver la part de mystère indispensable pour que la magie opère, cette magie qui va faire que le fan va considérer le musicien de rock comme une rock star, comme une icône hors du monde du commun des mortels.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0286.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0387.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0538.JPG

Il estime simplement en fait que c'est la condition sine qua non pour que la musique touche l'auditeur ainsi qu'elle le faisait dans ces années '70 qu'il regrette tant. Aussi parle-t-il lui-même comme le fan qu'il est resté lorsqu'il déplore que l'on pouvait savoir ce qu'a pris David Bowie au petit-déjeuner, allant même jusqu'à y voir la mort du rock en tant que mythe.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0614.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0655.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0659.JPG

Se préserver pour préserver le mystère, voilà quel pourrait être l'un des aspects de la profession de foi de WILSON, non pour devenir lui-même une icône mais simplement pour que son public puisse éprouver des sentiments analogues à ceux qu'il avait pu ressentir lui-même adolescent pour les artistes qu'il admirait alors. Une relation à l'ancienne en quelque sorte, reposant essentiellement sur l'oeuvre elle-même.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0643.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0648.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0653.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0666.JPG

Bien sûr, cette attitude, si elle permet de mettre l'oeuvre en valeur et de préserver son jardin secret, possède un revers: à trop s'effacer derrière sa musique, Steven WILSON n'a pas su attirer l'attention des médias populaires, parce qu'il n'est pas apparu comme l'homme d'exception pouvant captiver les foules, susciter l'engouement. Et pourtant, il réalise des choses exceptionnelles, d'où sa réussite à défaut peut-être de succès.

Steven_Wilson_CirqueRoyal_18fev2019.JPG StevenWilson_CirqueRoyal_18fev2019.jpg StevenWilson_Bxl_18fev2019_0001.jpg

Difficile donc de peindre un portrait précis et fidèle de l'individu qui pourrait réparer cette relative injustice puisqu'il manque les matériaux permettant de le concevoir....
Ces extraits, nous nous permettons de les emprunter aux premières pages du remarquable ouvrage de Frank BARDEL "Steven WILSON, the Dark Side of the Prog" (© Editions Camion Blanc - 2017). Ils ne peuvent que vous inciter à en savoir plus en vous invitant au voyage. En vous invitant à plonger dans l'oeuvre multiple et protéiforme du dernier génie conceptuel qu'a probablement enfanté le 20ème siècle..

samedi 16 février 2019

This site is NOT smartphone compatible : use your desktop PC/MAC for best result...

07-blanc.png

vendredi 15 février 2019

Ian PAICE - Spirit of 66 @ Verviers - 14 février 2019

Ian_Paice_Spirit_14fev2019_0049.jpg
Ian PAICE demeure le seul membre fondateur de DEEP PURPLE toujours à la manoeuvre au sein du band. Mais comment occuper ses soirées dès lors qu'aucune tournée n'est prévue avant l'automne prochain?

Ian_Paice_Spirit_14fev2019_0010.jpg
Tout simplement en tournant en featuring avec Pur.pendicular, "le meilleur tribute band de Deep Purple au monde" comme il le concède lui-même. En sus de ne pas perdre la main, ça lui permet en outre de garder la forme en évitant de rester chez lui à picoler dans son fauteuil (sic).

Ian_Paice_Spirit_14fev2019_0001.jpg Ian_Paice_Spirit_14fev2019_0031.jpg Ian_Paice_Spirit_14fev2019_0037.jpg

Ce Pur.pendicular n'est pas qu'un tribute band présentant un Deep Purple Best of Classics parmi d'autres. Avec Ian PAICE derrière les futs à quelques mètres de soi, ça confère à l'événement une dimension peu conventionnelle dans une véritable ambiance club. Et surtout l'occasion de replonger dans un passé iconique avec quelques perles à l'instar de Child in Time, qui ont depuis longtemps disparu de la set-list live officielle de DEEP PURPLE, la voix de Ian Gillan ne pouvant plus se permettre de telles excentricités...

Ian_Paice_Spirit_14fev2019_0020.jpg Ian_Paice_Spirit_14fev2019_0019.jpg Ian_Paice_Spirit_14fev2019_0021.jpg Ian_Paice_Spirit_14fev2019_0039.jpg

lundi 11 février 2019

Now online : MASTODON feat. Scott Kelly of NEUROSIS

Après Steven WILSON la semaine dernière (et à nouveau la semaine prochaine...), on passe avec MASTODON du Taj Mahal à Las Vegas, on se téléporte du Louvre à Akihabara. Ou, pour rester plus couleurs noir-jaune-rouge, on passe d'Orval aux Marolles...
MASTODON featuring Scott Kelly of Neurosis, c'est du compact, c'est du condensé, du très lourd. Du massif à en contrarier l'attraction terrestre et à en déplacer le pôle magnétique...

Mastodon_AB_09fev2019_0431.JPG
Maintenant en ligne : MASTODON sold out @ Ancienne Belgique - Bruxelles - 09 février 2019
... et mention toute spéciale à KVERLETAK, un vent de fraicheur - non: une tornade - en opening act :

Kverlertak_AB_09fev2019.jpg

samedi 9 février 2019

MASTODON @ Ancienne Belgique - Bruxelles, 9 février 2019

Mastodon_AB_09fev2019_0556.JPG
Une Ancienne Belgique comme on l'adore: méchamment sold out, une assistance nettement moins typée métal et bien plus féminine que lors de ces traditionnelles grands messes de la déesse Décibelle. Et à son propos justement, MASTODON est tout juste énorme ce soir. 100 minutes durant, un rouleau compresseur écarte les murs de l'Ancienne Belgique pour faire place nette et ne laisser que miettes et poussières derrière lui. Phénoménal.

Mastodon_AB_09fev2019_0296.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0302.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0325.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0327.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0421.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0432.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0423.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0435.JPG

En 2012, en première partie de SOUNDGARDEN et de METALLICA qui se produisaient sur le tapis de roulette de Werchter, nous avions souri à la seule vue du nom de MASTODON mentionné sur l'affiche de cette planche à billets. Mais nous étions bien vite redescendu sur terre et réalisé qu'on était là face à un gros, gros poisson en devenir. C'est maintenant chose faite, et déjà confirmée depuis 2016 lorsque leur prestation au Cabaret Vert nous avait déjà littéralement scotché.

Mastodon_AB_09fev2019_0428.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0437.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0449.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0436.JPG

MASTODON rame à contre-courant de tout ce qui pourrait être porteur en termes de marketing: pas de look extravagant, pas d'esbroufe ni d'excès - ni sur scène ni ailleurs. Pas de show ni de frime: rien de ravageur hormis le son, allant à l'encontre de tout diktat en matière de musique, d'image et de bla-bla aussi inutile que superflu.

Mastodon_AB_09fev2019.jpg
Juste l'essentiel: 100% de puissance limbée dans un raffinement subtilement construit et avec un batteur tout bonnement exceptionnel. Un de ces rares stickmen hors-norme qui sait allier une force de frappe sans pareille et un jeu aussi subtil que riche et diversifié. Enormissime.

Mastodon_AB_09fev2019_0324.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0333.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0353.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0354.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0491.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0510.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0492.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0517.JPG

100 minutes durant, et sans rappel, MASTODON telle une locomotive folle écrase tout devant elle, ne s'arrêtant à aucune gare et pulvérisant la butée du terminus. A l'instar d'une poule sans tête - mais avec énormément d'intelligence et de jugeote - le quatuor fonce tout droit. Invincible, ou indifférent à tout ce qui pourrait lui arriver, rien ne l'arrête. Rien ne peut l'arrêter. MASTODON est un mammouth, un alien, un monstre à quatre tête - voire cinq ce soir avec la présence de Scott Kelly, transfuge temporaire de Neurosis.

Mastodon_AB_09fev2019_0374.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0415.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0431.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0493.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0545.jpg Mastodon_AB_09fev2019_0375.JPG

En explorant de nouveaux horizons mélodiques,MASTODON nous promène entre hardcore technique et post-hardcore, entre sludge métal et progressif, croisant de nombreux genres et osant un mélange lyrique et innovant de grindcore et de hardcore, de metal progressif ou expérimental, de sludge, de stoner metal, de metal alternatif, de groove metal et de heavy metal (... diront les spécialistes que nous ne sommes pas). Mais MASTODON, c'est comme les frites McCain: ce sont qui en parlent le moins qui en mangent le plus...

Mastodon-AB-09fev2019.jpg
Avec ces rythmiques aussi inhabituelles que séduisantes, MASTODON impose sa marque de fabrique sans nulle pareille, nous renvoyant à une dimension peu souvent explorée dans le genre. En franchissant ces nouvelles frontières, MASTODON fait méchamment mouche. Et quoi de plus insaisissable qu'une mouche...?!

Mastodon_AB_09fev2019_0466.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0470.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0476.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0482.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0285.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0369.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0387.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0412.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0443.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0448.JPG Mastodon_AB_09fev2019_0526.jpg Mastodon_AB_09fev2019_0377.JPG

dimanche 3 février 2019

Now online : STEVEN WILSON @ Rockhal, 31 janvier 2019

Ils s’appellent Craig Blundell, Nick Beggs, Adam Holzman et Alex Hutchings.
Ils sont respectivement batteur, bassiste, claviériste et guitariste. C’est sur leur excellence que s’appuie Steven WILSON dans sa quête d’absolu musical. Mais le talent et le foisonnement créatif de celui-ci sont tels que l’on passe trop souvent sous silence ceux qui lui permettent de les mettre en œuvre et de nous les servir sur un plateau d'argent...

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0049bis.JPG
Maintenant en ligne: Steven WILSON chez le Grand-Duc. Le dernier génie conceptuel...

jeudi 31 janvier 2019

Steven WILSON @ Rockhal, Esch-sur-Alzette - 31 janvier 2019

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0058.jpg
Ecoutez voir ! Le Steven WILSON nous délivre deux heures et demie d'une scénographie de projections, hologrammes et animations servant à la perfection un son immersif en 4D, sublimant de la sorte l'éclectisme et l'étendue de son répertoire: spectaculaire à tous points de vue, what else ?! Avec ou sans feu- Porcupine Tree qui continue d'exister par procuration à travers sa set-list, Steven WILSON demeure ce qu'il est: un véritable extraterrestre.

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0014.JPG StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0020.JPG StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0023.JPG

Hormis l'incartade humoristico-pop un brin racoleuse de “Permanating" avec laquelle il se fait plaisir, le lyrisme et la dextérité des autres titres que nous offre Steven WILSON continuent de marier pop-rock et expériences progressives, mais sans jamais sombrer dans d'inutiles démonstrations. Les compositions à tiroir sont complexes, la technique instrumentale est énorme, l’énergie déployée l’est tout autant: on ne change pas une formule qui gagne.

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0028.JPG SAMSUNG CAMERA PICTURES StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0015.JPG

9 mois après son dernier passage ici-même, lui tient particulièrement à coeur de ne pas reproduire le même show - qu'il promène à travers le monde depuis plus d'un an. Particulièrement affable ce soir, WILSON partage sa conception du rock et de l'évolution de la musique mainstream, vouée à toujours plus de technologie et d'électronique. Pour prendre le contre-pied, il se fait un plaisir de présenter aux moins de 25 ans (!!) un objet de plus en plus rare dans ce show-business, ou dont l'usage de moins en moins sensuel s'assimile davantage aujourd'hui à de la simple et froide technicité: une... guitare électrique - en l'occurrence sa légendaire Fender martyrisée par le temps et les tournées.

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0037.JPG StevenWilson_Rockhal_31janv2019.jpg StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0029.JPG

En grattant un peu, les propos de Steven WILSON sont tout sauf simplistes, à l'instar de ses compositions qui ont vocation à dépasser les catégories et les étiquettes dont il se gausse. Mieux encore: il prend un malin plaisir à forcer le trait de tous ces stéréotypes que véhicule sa fan-base, des fans de progressif aux inconditionnels de métal en passant par les afficionados de Prince dont il ne cesse de réitérer son admiration...

StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0062.jpg StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0057.jpg StevenWilson_Rockhal_31janv2019_0058.jpg StevenWilson_Rockhal_31janv2019_63.jpg

An evening with Steven WILSON reste une expérience multi-sensorielle hors du commun qui fait dresser le poil. Ce face-à-face avec cet extra-terrestre à la production aussi prolifique qu'intarissable revêt sur scène une dimension toujours aussi insoupçonnée et sans cesse renouvelée: ce n'est pas cette enième expérience qui nous fera écrire le contraire, au risque de se répéter ou de manquer de qualificatifs...

lundi 28 janvier 2019

Now online : MONSTER MAGNET @ KuFa - 24 janvier 2019

Maintenant en ligne, notre prescription annuelle de décibels et de stoner avec les vétérans du genre.
A écouter certaines mauvaises langues, MONSTER MAGNET serait-il devenu trop mainstream...?! Que nenni. Que nenni - et que du contraire surtout, que le bon peuple non-influençable se rassure.
C'est même tout le contraire. Comme si l'on devenait de plus en plus séduisant (... et bruyant) en prenant de l'âge, c'est-y pas beau tout ça non peut-être...?

MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0499.JPG
MONSTER MAGNET @ KulturFabrik - Esch-sur-Alzette, 24 janvier 2019 - now online !

jeudi 24 janvier 2019

MONSTER MAGNET KuFa @ Esch-sur-Alzette, 24 janvier 2019

MonsterMagnet_PhotoPass_24janv2019.JPG
Notre prescription annuelle de MONSTER MAGNET arrive bien précocement, cette année. Et ce n'est que pur bonheur de commencer 2019 du bon pied: celui qui te fait dire que ces 80' de stoner et de space rock vont te perforer le poix-chiche à tous les étages - comme dirait l'autre. De quoi s'assurer que Dave Windorf conserve la forme et, mieux encore, bonifie avec les décennies. Trois en l'occurrence, sous la bannière de l'aimant monstrueux.

MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0055.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0198.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0213.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0266.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0118.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0271.JPG

Une demi-heure de retard sur fond musical de Black Sabbath: on aime, mais point trop n'en faut quand on est là pour autre chose. Puis vient l'heure H, le moment M et la seconde S, où les lumières s'éteignent pour faire place aux ténèbres et à une sono qui monte en puissance aussi méchamment que brusquement. On est là pour ça, et on bascule bien vite corps et âme (et tympans) du côté obscur du powertrip...

MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0250.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0392.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0165.JPG

La set-list privilégie ce soir le côté heavy et space de MONSTER MAGNET, reléguant au second plan son volet plus obscur et psychédélique qui nous hypnotise et séduit tant: on est plus Black Sabbath, Stooges, MC5, et Grand Funk Railroad ce soir à Esch, que Velvet Underground, Hawkwind ou Neurosis.

MonsterMagnet_KuFa_24janv2019.jpg
Spacelord Wyndorf reste le moteur d'une formation au line-up maintenant stabilisé depuis quelques années et tournées, et c'est tout bénéfice pour l'efficacité live du band: sa force de frappe en est d'autant plus convaincante que la machinerie est huilée à la perfection et que les gars savent quoi attendre des autres.

MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0436.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0534.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0588.JPG

On retrouve la marque de fabrique MONSTER MAGNET au cours d'un set mené tambour battant une heure durant, sans reprendre son souffle entre les morceaux qui s'enchainent sans temps mort aucun. Quelques minutes de salutaire répit annoncent sur la fin un rappel d'une vingtaine de minutes mené lui aussi à un train d'enfer, reléguant highway to hell à un vulgaire stairway to heaven.

MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0176.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0188.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0494.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0199.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0499.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0179.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0239.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0189.JPG

MONSTER MAGNET demeure une valeur sûre et notre chouchou, disons-le tout net. Son côté "étendard du stoner rock" rend le band toutefois trop mainstream pour certains adeptes du genre qui ont tendance à snober ses pères-fondateurs pour porter leurs héritiers au pinacle. Mais c'est comme pour tout: la jeunesse pense inventer le monde et ce qui va avec, avant de prendre de la bouteille et réaliser que celui-ci existait bien avant leur enfantement. Et même avant leur conception, ajoutera-t-on pour les plus virulents...

MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0224.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0488.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0181.JPG MonsterMagnet_KuFa_24janv2019_0242.JPG

mardi 1 janvier 2019

"FIRST THREE SONGS WITH NO FLASH..." ♠ HAPPY 2019 !! ♠


2018 in 67 shows - 2018 in 67 reviews ♪ - 2018 in 67 pictures...:

Carte_Voeux_Intensities_2019.jpg
See ya all in 2019... and don't forget to rock'n'roll :-)

lundi 24 décembre 2018

Now online : NILE RODGERS @ Rockhal - Esch

Now online - maintenant en ligne, Nile RODGERS & CHIC @ Rockhal (Esch-sur-Alzette), 06 décembre 2018.
Un petit pas de danse onstage, Miss ?!

Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0325.jpg
Clichés en primeur sur notre galerie...

vendredi 7 décembre 2018

Nile RODGERS & CHIC @ Rockhal - 06 décembre 2018

Nile_Rodgers_PhotoPass_Rockhal-06dec2018.JPG
T'entends de la musique. Tu pousses la porte. Et tu penses que voilà un p... de sacré band qui tronçonne grave sur scène. De Sister Sledge à Diana Ross, de Duran Duran à David Bowie, de Madonna à Daft Punk, de Chic à Sheila B. Devotion, rien ne manque. Tu te trémousses, dance-machine que tu es. Tu te trémousses comme un possédé et peut-être sans le savoir sur tout le répertoire du magique et prolifique Nile RODGERS.

Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0318.jpg Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0012.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0344.jpg Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0041.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0074.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0082.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0163.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0325.jpg Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0155.JPG

Ouais, certainement plus d'un(e) ce soir n'imaginait pas - avant de venir siroter sa flute de Crémant luxembourgeois en dodelinant du popotin - que Monsieur Nile RODGERS est ce bougre de génie qui a enfanté tous ces p... de tubes comme c'est Dieu pas possible.

Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018.jpg
Toutes générations confondues, tous styles confondus, toutes races confondues, y aurait-il encore quelqu'un en ce bas monde qui ne reconnaîtrait pas en Nile RODGERS le caractère exceptionnel d'un Grand Monsieur comme on n'en fait plus? A fortiori dans ce show biz 4.0 d'aujourd'hui, devenu aussi compressé qu'aseptisé, aussi tristement numérisé qu'artistiquement conventionnel.

Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0077.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0168.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0137.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0166.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0188.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0240.JPG

Oui, Nile RODGERS est un sorcier, un concepteur de génie, un producteur hors paire, un compositeur comme on n'en fait plus, un arrangeur sans pareil qui a façonné le paysage musical mainstream de ces quatre dernières décennies, qui a submergé de son talent disco-soul-funky-RnB tous les dance-floors de la planète. Mais cet incomparable touche-à-tout est aussi un guitariste et un showman dont l'once du pesant d'or pèse toujours autant sur le marché de l'entertainment. Et ce soir en est une nouvelle et éclatante démonstration.

Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0260.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0280.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0301.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0292.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0294.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0298.JPG

Nous avions découvert live on stage Nile RODGERS il y a quelques mois dans une Ancienne Belgique transformée pour l'occasion en une véritable étuve. Et son effet-boeuf demeure aussi intense et énorme à la seconde expérience. Et vous en connaissez beaucoup, vous, des artistes de cette trempe qui déboulent dans l'assistance à l'improviste, sans sécurité ni molosse aucun, pour serrer la pince au public en fendant la foule avant même de monter sur scène...?!

Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0126.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0236.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0171.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0243.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0275.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0330.jpg Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0332.jpg Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0331.jpg

En moins d'une semaine, nous avons assisté à la prestation de deux monstres, aussi différents et particuliers l'un que l'autre mais tout aussi remarquables de par leur apport et leur empreinte indélébile laissée sur le paysage musical du XXIème siècle: Wayne KRAMER et son MC5/MC50 samedi dernier, et ce soir Nile RODGERS & son CHIC. Sainte-Barbe et Saint-Nicolas ont fait fort cette année, merci à vous les grands saints...!

Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0363.jpg Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0369.jpg NileRodgers_SetList_Rockhal_06dec2018.JPG Nile_Rodgers_Rockhal_06dec2018_0368.jpg

- page 1 de 25