All the World is a Stage ♫ Chap. 2 : ... from Backstage to Frontstage...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 15 mai 2019

FIRST THREE SONGS w/ NO FLASH - pure live .jpeg ONLY !


We daily share our best live shots @ www.facebook / Intensities-in-10s-Cities
NO PHOTOSHOP, NO .RAW, NO f***ing LIGHTROOM, NO HDR, NO gimmick, NO sh*t, NO overdub : pure one-shots live .JPEG ONLY!
facebook-banner.jpg
ZZ_Top-Ramblin2017_0044.JPG 07-blanc.png TheScorpions_Forest_04avril2018_0143.JPG

Turbonegro_Sjock_July2018_0385.JPG

dimanche 5 mai 2019

Now online : MONSTER TRUCK @ Antwerp - 30 avril 2019

Bis repetita placent...
On a vu MONSTER TRUCK ouvrir à Forest National pour SLASH. On a vu MONSTER TRUCK ouvrir pour NICKELBACK à la Rockhal. On a vu MONSTER TRUCK ouvrir pour DEEP PURPLE dans l'immense Lanxess Arena de Cologne. On a vu MONSTER TRUCK ouvrir pour BLACK STONE CHERRY au Trix, ici à Anvers déjà, il y a quelques mois seulement.
Mais ce soir - tout comme hier au Luxembourg - MONSTER TRUCK n'ouvre pour personne et n'a que faire de ces immenses arenas: Don't fuck with the Truck..., il ne roule cette fois que pour une toute petite poignée de connoisseurs.

MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0154.JPG
Planté en plein centre-ville d'Anvers, le Kavka est un mix entre un club des jeunes, un centre culturel, une maison de quartier et... et allez savoir quoi ! Dotée d'un bar bien garni au fond, c'est le genre de minuscule salle où les artistes doivent fendre le public pour accéder aux 4 marches qui mènent à la scène, et qui empeste bon la bière de la veille qui colle encore au sol comme dans un cercle d'étudiants. Le genre de club où Don't tell me how to live.... A suivre.

MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0055.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0082.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0098.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0101.JPG

Review & photos now online - et autres clichés en ligne sur notre GALERIE...

samedi 4 mai 2019

Upcoming shows : MOTORPSYCHO / GOV't MULE / TOOL / HELLFEST / KNOTFEST / NEIL YOUNG /...


** UPCOMING SHOWS ** full reviews & live coverages coming soon ** UPCOMING SHOWS ** :

HellFest_2019_Pass.JPG
MOTORPSYCHO @ Het Depot , Leuve - 22 mai 2019 : info & tickets ICI
TOOL sold out @ Ziggo Dome , Amsterdam - 18 juin 2019 : info __ICI__
HELLFEST sold out @ Clisson - 21-23 juin - info ICI
GOV'T MULE @ Ancienne Belgique , Bruxelles - 05 juin 2019 - info & tickets ICI
KNOTFEST @ Clisson - 20 juin 2019 - info & tickets ICI
NEIL YOUNG @ Sportpaleis , Antwerp - 07 juillet 2019 : info & tickets ICI

LineUpPartiel_HellFest_2019.png

** This site is not pretty smartphone compatible : use your desktop PC/MAC for best result... **

vendredi 3 mai 2019

MONSTER TRUCK @ Kavka, Antwerp - 30 avril 2019

MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0234.JPG
Qui mieux que ROYAL TUSK pouvait ouvrir pour MONSTER TRUCK ?! Leur approche est identiquement épurée et spontanée. Leurs compos relèvent du même instinct jouissif et basique - et donc efficace. Le style de zique qui te procure un bonheur brut et immédiat que tu ne dois pas aller chercher dans une quelconque arrière-boutique cérébrale ou dans ton grenier des références et des analogies...

RoyalTusk_Rockhal_29avril2019.jpg
"Hey, guys, where do you come from... ?" hurle un quidam depuis le fond de la salle (soit à 15 mètres de la scène). Et le brave Carrière de ROYAL TUSK de répondre dans un français balbutiant qu'il s'applique à articuler de son mieux pour plaire à l'audience qu'il pense francophone: "Nous... venons de... du... Canada". Comme quoi n'est pas franchement récompensé de son effort l'étranger qui pense baragouiner la langue du pays hôte en se fourvoyant quant à l'idiome pratiqué !

MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0117.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0126.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0141.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0145.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0147.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0176.JPG

Gloire à ceux qui s'efforcent de parler un français intelligible dans le fief de Bart, waar Vlamingen thijs zijn, qu'ils s'appellent ROYAL TUSK ou MONSTER TRUCK - qui, comme hier au Luxembourg - font montre de leurs bases en la langue de Voltaire et non pas de Vondel...

MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0182.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0194.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0185.JPG

MONSTER TRUCK partage donc avec les TUSK la même énergie et la même authenticité, celles de ceux issus de familles de cols bleus. D'Ontario ou d'Alberta peu importe leurs prénoms, Canadien est leur nom. Des gars profondément honnêtes, intègres et entiers, qui ne comptent pas mais ne font que donner. Des p'tits gars humbles, qui savent d'où ils viennent et qui savent qu'ils ne sont pas encore arrivés. Et qu'il ne sont ici que par la grâce du riff et par la force du poignet.

MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0063.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0075.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0234.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0098.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0206.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0069.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0112.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0089.JPG

Groove stoner, mélodies classic rock, énergie toute nord-américaine teintée de blues, de country rock, de soul, de funk, de hard-rock...on ne sait trop à quoi se raccrocher, avant de finalement laisser le lâcher-prise prendre le dessus et nous emporter dans un tourbillon tout ce qu'il y a de plus percutant et entraînant.

MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0105.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0224.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0074.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0214.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0227.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0241.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0228.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0092.JPG

On ne sait pas trop pourquoi tout le monde sourit au sortir d'un concert de MONSTER TRUCK. Ou plutôt si: parce que le bonheur est fait de plaisirs simples, parce qu'il consiste à continuer à désirer ce qu'on possède déjà. Et MONSTER TRUCK, c'est une partie de nous, une parcelle qui demeure enfouie au plus profond de chacun de nous. Le stigmate du cri primal: aaaah, le rock'n'roll, cet état émotif qui vous fait battre la mesure ou le sang plus fort que nécessaire...

MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0258.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0133.JPG MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0002.jpg MonsterTruck_Anvers_30avril2019_0260.JPG

jeudi 2 mai 2019

This site is NOT smartphone compatible : use your desktop PC/MAC for best result...

07-blanc.png

mercredi 1 mai 2019

Now online : MONSTER TRUCK @ Rockhal - 29 avril 2019

Après tant et tant de premières parties, nos chouchous de l'Ontario profond sont encore de retour en Europe pour enfin - enfin ! - une seconde tournée en tête d'affiche, statut digne de leur talent et de leur popularité outre-Atlantique !
MONSTER TRUCK débarque donc pour la ènième fois sur le Vieux Continent, et déboule dans nos contrées comme on laboure un champ là-bas: tout soc dehors ! Ou plutôt profond, bien profond le soc. Et ô combien Rock'n'Roll.

MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0130.JPG
Autres clichés disponibles dans notre galerie...

lundi 29 avril 2019

MONSTER TRUCK @ Rockhal, Esch - 29 avril 2019

MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0235.JPG
MONSTER TRUCK, c'est tout l'inverse de Greta Van Fleet et ce n'est donc que pur bonheur, pur jus et pur rock'n'roll. Car c'est au prix de leur sueur et de leurs nuits sur la route que les Canadiens se sont fait un nom, qu'ils se sont forgé un caractère, qu'ils se sont modelé un style, qu'ils se sont construit une réputation, qu'ils ont imposé leur talent - et quel talent !

MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0030.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0056.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0070.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0087.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0048.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0135.JPG

Greta Van Fleet, on n'a rien contre: on a tout contre, a fortiori quand on est face à des gars de la trempe de MONSTER TRUCK. Alors que les frangins Van Fleet ne sont guère moins secs derrière les oreilles, les voilà commercialement propulsés au firmament de la gloire - aussi éphémère que fragile quand elle ne repose sur rien - par la magie d'une campagne marketing digne du meilleur produit de lessive: un véritable panneau dans lequel sont tombés les ménagères du rock'n'roll adeptes des medias mainstream.

MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0136.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0200.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0088.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0202.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0234.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0130.JPG

Le succès de Greta Van Fleet est celui des mouches agglutinées sur un ruban adhésif. La force de MONSTER TRUCK, c'est la puissance de l'expérience, la solidité des compositions, la force scénique et plus simplement encore la simplicité, l'efficacité, l'authenticité et la robustesse du concept, depuis les hommes jusqu'à leur production. MONSTER TRUCK, ce n'est pas avec un attrape-mouche qu'on les encadrera. 10 ans on the road, 10 ans d'innombrables et interminables tournées, 10 ans de travail mis et remis sur l'ouvrage, 10 ans à ouvrir pour les plus grands de la scène mondiale, ca forge un tempérament. Ca donne de la consistance. Ca fait de vous quelqu'un, autre chose qu'un pantin médiatique à la solde des majors. Autre chose qu'une façade qui peine à cacher la vacuité d'un logis sans intérêt. Don't fuck with the Truck !

MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0037.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0111.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0141.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0090.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0146.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0038.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0171.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0206.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0095.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0182.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0047.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0147.JPG

Après donc nombre de tournées européennes en tant qu'opening act, MONSTER TRUCK est de retour pour enfin - enfin ! - briller en tête d'affiche. Et ce n'est là que juste récompense amplement méritée qui a le goût de toute la sueur qu'ils ont laissée sur les scènes et sur les routes européennes toutes ces dernières années. Ce n'est là que juste salaire d'un travail de forçats effectué soir après soir en première partie, job souvent ingrat mais ô combien fondateur et rémunérateur en termes d'expérience et de bouteille.

MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0161.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0213.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0187.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0081.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0101.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0223.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0229.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0221.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0235.JPG MonsterTruck_Rockhal_29avril2019_0224.JPG unnamed.jpg image001_1_.png

Cette expérience et cette bouteille paient ce soir sur la scène de la Rockhal, sans devoir cette fois expédier leur set en vue de faire rapidement place nette pour la tête d'affiche. Devenus headliners, les quatre de MONSTER TRUCK ont embarqué dans leurs bagages des gars d'Edmonton tout aussi remarquables, de la même veine et qui partagent le même bon sens des gens terre-à-terre, la tête sur les épaules, et qui ne se la pètent pas: ROYAL TUSK. En définitive, deux remarquables prestations de gars de là-bas, au fin fond du Canada, qu'aura chaudement apprécié un public qui n'a cependant pas répondu en masse à l'appel. Les absents ont toujours tort et n'en ont qu'à s'en mordre les onglets.

RoyalTusk_Rockhal_29avril2019.jpg

lundi 15 avril 2019

Now online : press meeting w/ SABATON for next album "The Great War"

Sabaton_Verdun_Avril2019_0313.JPG
Maintenant en ligne, le récit d'un weekend sur les champs de bataille de Verdun ces 12 et 13 avril 2019 avec SABATON qui célèbre non seulement 20 ans d'existence, mais aussi et surtout la promotion de leur nouvel et 9ème album "The Great War" (sortie prévue le 19 juillet 2019).
Clichés complémentaires de ces deux journées avec SABATON dans notre GALERIE

website-feature-image1920x1080.jpg

samedi 13 avril 2019

SABATON - Verdun Chapter - press meeting, 12-14 avril 2019

Sabaton_Pass_Verdun-Avril2019.JPG
Il y a des groupes qui se donnent une image, et il y en a qui sont cette image. SABATON fait indéniablement partie de la seconde catégorie...
SABATON, c'est cinq gars passionnants et passionnés, cinq gars intègres et entiers. Cinq gars d'une extraordinaire simplicité, d'une incroyable gentillesse et d’une sympathie hors du commun. Cinq gars tout ce qu'il y a de plus normal mais qui mènent a contrario une vie qui n'a rien d'anodin ni de banal. Pause. Retour sur deux journées passées en leur si chaleureuse et agréable compagnie.

Sabaton_Verdun_Avril2019_0177.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0336.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0211.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0491.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0309.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0508.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0037.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0264.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0301.JPG

Entrés symboliquement en studio le 11 novembre 2018, très exactement le jour du 100ème anniversaire de l'Armistice, SABATON verra son 9ème et dernier album "The Great War" sortir cet été, le 19 juillet 2019. C'est cependant en cette mi-avril déjà que les Suédois décident de frapper fort en présentant à la presse internationale en avant-première leur dernier né. Et pas n'importe où: sur les champs de bataille de Verdun, au cœur même de cette sanglante boucherie, fil conducteur de leur album-concept "The Great War".

Sabaton_Verdun_Avril2019.jpg
Alternant devoir de mémoire sur les lieux mêmes, listening-sessions de leur nouvel album, visites de hauts-lieux commémoratifs mais aussi autres moments foncièrement plus festifs, SABATON emmène la quarantaine de journalistes que nous sommes autour et aux alentours de Verdun.

Sabaton_Verdun_Avril2019_0302.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0059.jpg Sabaton_Verdun_Avril2019_0502.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0383.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0062.jpg Sabaton_Verdun_Avril2019_0512.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0093.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0309.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0347.JPG

Les quelques historiens chevronnés qui orchestrent leur chaine YouTube « Sabaton History Channel » sont nos guides de 1er choix, pour mieux encore contextualiser et décrire les faits tragiques ou héroïques qui charpentent les 11 morceaux de ce nouvel album. De quoi conférer à ces deux journées et deux soirées passées en compagnie de SABATON le cachet de l'authenticité historique combiné à une expérience conviviale, émotionnelle et musicale sans pareille.

Sabaton_Verdun_Avril2019_0353.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0097.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0311.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0299.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0514.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0146.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0192.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0313.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0354.JPG

La passion historique de SABATON pour les hauts-faits d'armes qui ont égrené les différents conflits de l'Histoire n'est pas plus nouvelle que feinte. Pas plus les événements contés dans leurs précédents albums que la scénographie de leurs shows ne sont une démarche marketing camouflant une coquille plus ou moins vide, un corps creux. Non : SABATON, ce sont cinq gars passionnés d'histoire et de conflits, passion qu'ils traduisent en une discographie qui a (aussi) vocation pédagogique - pas uniquement visuelle ni faussement sincère ou hypocritement intéressée.

Sabaton-Verdun-Avril2019.jpg
Ainsi, deux jours durant, nous avons arpenté en compagnie de SABATON les lieux mêmes qui charpentent leur dernier « The Great War » - dont le morceau « Verdun » n’est pas le moindre – comme si nous déambulions au sein même des coursives de leur album. Faisant œuvre historique en témoignant de l'ignominie et de la folie humaine, les gars de SABATON ont mis en musique les 300 jours de la bataille qui s’est tenue ici-même à Verdun, à raison de 1.000 morts par jour dans les deux camps.

Sabaton_Verdun_Avril2019_0374.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0193.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0315.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0326.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0363.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0209.JPG

Parcourir ces sites historiques empreints de tant de souffrance et de drames ne laisse personne de marbre. Recueillement, silences et émotions ponctuent la visite de l'ossuaire de Douaumont, de la Citadelle de Verdun, du Memorial Museum également.
Puis du village détruit de Ornes, où les flocons de neige s’invitent pour le shooting-photo du samedi fin de journée, mais également quelques fans alertés via réseaux sociaux de la présence de SABATON. Un weekend tout en contraste(s) donc entre pélerinage, visites historiques, listening-session et caractère joyeusement festif d'autres moments passés avec le band.

Sabaton_Verdun_Avril2019_0219.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0342.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0365.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0382.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0292.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0345.JPG

Joakim nous confiera qu'en tournée, ils ne manquent jamais de vérifier si leur itinéraire entre deux shows ne passe pas à proximité d'un haut-lieu historique. C'est ainsi qu'ils ont précédemment visité Bastogne - dont Screaming Eagle est un vibrant hommage à tous ceux tombés lors de cette Batte of the Bulge - l'Offensive des Ardennes. Quant au frigo qui trône dans la cuisine de Pär, il commence à devenir sérieusement trop petit pour accueillir tous les magnets qu'il achète au fur et à mesure de ses visites de par le monde - nous confie-t-il un brin amusé en achetant à la Citadelle de Verdun un aimant des lieux qui va venir agrandir sa collection et compliquer son problème...

Sabaton_Verdun_Avril2019_0058.jpg Sabaton_Verdun_Avril2019_0111.jpg Sabaton_Verdun_Avril2019_0137.jpg Sabaton_Verdun_Avril2019_0128.jpg Sabaton_Verdun_Avril2019_0228.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0114.jpg Sabaton_Verdun_Avril2019_0253.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0113.jpg

Chris joint quant à lui l'utile à l'agréable, nous confiant que parcourir le monde en alternant de la sorte moments graves mais aussi séquences foncièrement festives et rock'n'roll est une vie rêvée, même si éprouvante et probablement pas éternelle... Hannes, amateur passionné de bonnes bières, n’est pas le dernier à troquer la Carslberg du bar de l'hôtel contre une Grimbergen blonde qu'on partage ensemble, nous avouant apprécier particulièrement la belgian beer connection. Tommy, enfin, nous livre qu'il attend avec impatience de fouler un jour les planches du Sweden Rock Festival - ce qui sera la moindre des choses.

Sabaton_Verdun_Avril2019_0289.jpg Sabaton_Verdun_Avril2019_0388.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0386.JPG Sabaton_Verdun_Avril2019_0399.JPG

Ceci dit, "The Great War" est bien né, très bien né et maintenant dans la boîte - ne (vous) reste plus qu'à attendre le 19 juillet pour le découvrir, ou les premiers concerts de la tournée (f)estivale de SABATON.
Total respect au label Nuclear Blast (Markus Wosgien) et chapeau bas à Replica Promotion (Olivier Garnier, Roger Wessier & Pascale Lacquehay) pour la parfaite et excellentissime organisation d'un remarquable weekend axé autour d'une action promotionnelle comme on n'en fait plus guère en ces temps numériques et dématérialisés...

dimanche 31 mars 2019

Now online : The NEAL MORSE BAND @ Rockhal

Maintenant en ligne, The Great Adventure de la bande à Neal MORSE @ Rockhal de Esch-sur-Alzette ce 27 mars 2019. Grande aventure, belle fumisterie ou bérézina...? Mike PORTNOY doit bien avoir son idée à ce sujet, et probablement pas la même que la nôtre.

Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0118.JPG
Maintenant ici en ligne. Et clichés complémentaires dans notre GALERIE

mercredi 27 mars 2019

The NEAL MORSE BAND @ Rockhal - 27 mars 2019

Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0258.JPG
Un naufrage. Ce concert est un naufrage...
La bière était fraiche au bar et la compagnie agréable. Dans le cas contraire, nous aurions levé le camp bien avant l'intermission prévue après une heure de concert, comptant échapper à une seconde partie qui ne pouvait qu'être aussi catastrophique et affligeante que la première. De mémoire, cette poudre d'escampette ne nous avait plus titillé l'arrière-train depuis notre dernier OPETH (à moins que ce ne soit notre dernier DREAM THEATER ... ?!) ici même au Luxembourg. C'est dire.

Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0001.JPG Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0003.JPG Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0008.JPG

Comment peut-on encore écrire, en 2019, une oeuvre conceptuelle de la trempe de "The Great Adventure" qui transpire davantage la napthaline et le ressassé que l'oeuvre majeure ou le sommet créatif...?! Le père MORSE - qui n'est quand même pas n'importe qui - nous balance un nouvel opus progressif aussi passéiste qu'affligeant. Artwork, codes, compositions, sonorités, thèmes, mise en scène,... tout suinte le rock (dit) progressif dans tout ce qu'il a de plus pompeux et surtout de plus pompant. Dans tout ce qu'il a de pire et de prétentieux. Ce double album d'1h40 (composé de deux mouvements principaux, le tout divisé en cinq chapitres) est intégralement joué se soir: on boit le calice jusqu'à la lie. Ca se veut grandiloquent, épique et flamboyant, mais ce n'est qu'insipide, téléphoné et prévisible...

Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0060.JPG Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0072.JPG Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0112.JPG

100 minutes durant, Neal MORSE nous balance sa (re)transcription du roman allégorique chrétien "The Pilgrim’s Progress", écrit par John Bunyan au XVIIe siècle (... nous apprend-on): une histoire, une quête initiatique dans laquelle l'intervention de chaque protagoniste est incarnée par un membre, et donc par une voix. Si l’essentiel des prestations vocales restent assurées par MORSE himself, une part importante est accordée à Bill HUBAUER (keyboards); les parties vocales de Mike PORTNOY restent assez limitées - hormis les choeurs.

Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0044.JPG Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0096.JPG Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0129.JPG Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0146.JPG

Pourtant, les talents de composition de Neal MORSE qu'on connait pour ses albums précédents sont - ou étaient, devrions-nous écrire - de haute volée. Mais ses envolées n'ont présentement plus rien de grandiloquent ni d'efficace - que du contraire. On ne frise pas le pathétisme, on y sombre corps et âmes. Mention spéciale cependant à Randy GEORGE au jeu de basse impressionnant (mais peu audible dans cette soupe) et à Eric GILLETTE qui fait ce qu'il peut à la guitare pour donner sans esbroufe un peu de consistance à cette bouillabaisse sans faire d'ombre au patron.

Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0114.JPG Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0193.JPG Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0210.JPG

Quelques fulgurances sont tout de même (un tout petit peu) présentes en seconde partie du set - à partir donc de la 100ème minute ! - juste de quoi donner tout le gras nécessaire à la suite du concert et surtout au rappel qui s'en suit encore dans la foulée (d'une demi-heure tout de même): un medley du meilleur effet pour relever un tant soit peu le niveau général et terminer en beauté. Comme quoi, tout n'est pas à jeter chez Neal MORSE - que du contraire - quand il était encore de ce bas-monde et non pas enlevé par ses pilgrims, envoûté par ses lutins et décérébré par ses feu-follets...

Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0066.JPG Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0135.JPG Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0212.JPG Neal_Morse_Rockhal_27mars2019_0217.JPG

vendredi 22 mars 2019

Now online : NO ONE IS INNOCENT @ KuFa

Maintenant en ligne, NO ONE IS INNOCENT @ KulturFabrik, Esch-sur-Alzette - 20 mars 2019
Mais si la peur fait bouger, elle fait rarement avancer...

NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0452.JPG

mercredi 20 mars 2019

NO ONE IS INNOCENT @ KuFa, Esch-sur-Alzette - 20 mars 2019

NoOneIsInnocent_PhotoPass_KuFa_2019.JPG
Pas grand monde en début de soirée pour BLISS OUT à qui est confiée la délicate mission d'ouvrir pour NO ONE IS INNOCENT dans une KuFa encore quasi vide. Et qui, d'ailleurs, ne débordera pas franchement le moment venu pour la tête d'affiche de monter sur les planches à 21h00 précises. Et jusque 22h05 précises, top chrono. Si la peur fait bouger, elle fait rarement avancer - et elle ne fait en tout cas pas vraiment durer...

NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0147.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0172.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0189.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0208.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0281.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0356.JPG

« On a tracé notre route, on s'est jeté dans l'arène. Creusé le même sillon pour exploser les scènes, de la sueur sur les planches et rien calculer en concert, comme si on jouait sa vie, comme si c'était la dernière ! » Cet extrait tiré du titre "20 ans", résume parfaitement la carrière de NO ONE IS INNOCENT, une carrière marquée par des succès, des tempêtes, des coups de gueules, et des combats jamais perdus d’avance. Et un dernier né, Frankestein - qui donne son nom à cette tournée.

NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0150.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0156.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0167.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0232.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0277.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0290.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0476.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0452.JPG

NO ONE IS INNCOCENT est un de ces groupes qui font du bien en assumant pleinement leur message et leur discours gaucho-humaniste, enragé et vindicatif. Mais le décalage est quelque peu violent entre le discours et les faits avec un set pour le moins court à la montre: une prestation de 55' suivie d'un rappel de 10 petites minutes, c'est un peu short de la part d'un groupe qui se revendique intègre et authentique. Certes, la qualité et l'intensité de cette équipée sauvage étaient de la partie, mais ça n'excuse pas tout...

NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0436.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0439.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0440.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0443.JPG

NO ONE IS INNCOCENT est puissant et agressif, vomissant sa rage à l'égard de la violence, du colonialisme et de la guerre. Toujours fidèle à son ADN, entre des racines chez Black Sabbath, Rage Against The Machine (dont ils reprennent ce soir un inégalable "Killing In The Name") et The Stooges, les Français savent encore surprendre avec une formule à l’épreuve du temps : riffs implacables, groove, hymnes incarnés et textes revendicatifs.

NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0330.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0368.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0384.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0419.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0491.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0543.JPG

Nous découvrons live ce soir - il n'est jamais trop tard - la formule NO ONE IS INNOCENT, manière de s'assurer qu'ils demeurent bien dans le cercle restreint des chefs de clans du rock à grosses guitares. A grosses guitares et à textes - un peu comme si Georges Brassens avait troqué sa gratte pour un Marshall et avait fumé un joint de trop en s'inspirant de la prose de Tagada Jones.

NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0405.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0489.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0523.JPG NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0410.JPG

NO ONE IS INNOCENT peut se prévaloir d'avoir officié en première partie d'AC-DC lors du dernier passage des Autraliens au Stade de France: cette seule référence devrait se suffire à elle-même - quoique le contraste soit violent avec l'affluence réduite de ce soir à la KuFa. Mais comme on dit au bar: qui peut le plus peut le moins...

NoOneIsInnocent_KuFa_20mars2019_0578.jpg

samedi 23 février 2019

SLASH @ Cirque Royal, Bruxelles - 23 février 2019 iiii];)'

Slash_CirqueRoyal_23fev2019.JPG
B9716954420Z.1_20180917172116_000_GF0C25HSI.2-0.jpg
Le Cirque Royal, notre Royal Albert Hall à nous Belges, version hard-discount ou low-cost. Mais qu'importe le flacon lorsque le contenu transcende l'enveloppe qui le contient. Car il y a de ces instants uniques, magiques, qui te marquent parce qu'ils ne surviennent que quelques fois au mieux - ou jamais au pire. Parce qu'ils te prennent à froid et par surprise. Par traîtrise, ils t'emmènent dans une dimension que tu ne soupçonnais même pas avant que tu ne franchisses à ton insu cette barrière spatio-temporelle.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
L'envolée hal-lu-ci-nan-te de 10 bonnes minutes dans laquelle SLASH nous emmène ce soir durant ce Wicked Stone - a priori inoffensif - qu'il sublime fait partie de ces moments intemporels, de ces instants qui te marquent de manière indélébile, pour toujours et à jamais. Et ce coup d'éclat chaque soir réinventé par SLASH, chaque soir renouvelé et remodelé, refaçonné selon son humeur du moment, n'est plus une performance: c'est tout simplement un hapax. Un inénarrable et inégalable hapax.

Slash_Bxl_23fev2019_0006.jpg
Les scènes du monde entier sont arpentées par une une flopée de guitaristes, de tous ordres et de tous genres, de tous calibres et de tous formats. Dans cet univers bigarré où le meilleur côtoie le pire, subsistent une poignée de personnages hors-normes, qu'on appelle, pour une toute petite minorité d'entre-eux seulement, guitar-heros. Parmi ces happy-few, émergent encore deux ou trois Guitar Zeus exceptionnels. Et SLASH fait assurément partie de ces élus parmi les élus.

Slash_Graspop_2012_0020.JPG Slash_Graspop_2012_0034.JPG Slash_Graspop_2012_0043.JPG Slash_Graspop_2012_0081.JPG Slash_Graspop_2012_0106.JPG Slash_Graspop_2012_0124.JPG

La scène rock est peuplée d'excellents joueurs, des virtuoses du manche mais parfois piètres compositeurs. Ou de prolifiques auteurs mais, sur scène, aussi soporifiques qu'ennuyeux, comme éteints. Ou qui se révèlent être au contraire à ce points centrés sur la technique de leur "performance" qu'on les croirait concourir pour décrocher l'or olympique. Il y a aussi les surdoués de la six-cordes, mais incapables de te composer un morceau qui a du chien ou de te le jouer avec leur tripes.

Slash_Graspop_2012_0053.JPG SAMSUNG CAMERA PICTURES Slash_Graspop_2012_0044.JPG Slash_Graspop_2012_0054.JPG

On n'oublie pas non plus ceux aussi qui confondent "play", "perform" et "entertainement" ou - pire - qui les mélangent à mauvais escient. Il y a aussi ceux qui te prennent la guitare comme un manche à balai, et qui s'échinent à te déplacer le plus de poussière possible en un minimum de temps. Et il y a ceux qui s'endorment parfois avant même d'avoir terminé leur demi-partition...
Puis il y a SLASH, seigneur parmi une poignée de quelques autres titans. Hors catégorie.

Slash_Graspop_2012_0071.JPG SAMSUNG CAMERA PICTURES Slash_Graspop_2012_0075.JPG Slash_Graspop_2012_0096.JPG

Scrameustache parmi les extraterrestres de la six-cordes, SLASH est de ces rares auteurs-compositeurs qui allient le don de l'écriture à l'éclaboussante et insolente irradiation scénique. Soutenue par un jeu hors-norme, la richesse de ses compositions sert un doigté et un toucher qui n'ont d'égales que la maestria et la flamboyance avec lesquelles il nous démontre, une fois de plus ce soir, qu'on ne se bouscule décidément pas au Panthéon de l'Histoire du Rock'n'Roll. Amen.
Objection, votre Honneur ?

unnamed.png Slash_Graspop_2012_0128.JPG SAMSUNG CAMERA PICTURES SAMSUNG CAMERA PICTURES

mercredi 20 février 2019

Now online : Steven WILSON @ Bruxelles - 18 février 2019

Paradoxe, paradoxe... L'artiste vit la tête dans les étoiles, immergé dans son futur et projetant le prisme de toute sa créativité dans l'ébauche de ce que sera son prochain chef-d'oeuvre. Son admirateur, lui, vit par procuration, remontant le passé de l'artiste par son oeuvre interposée, évoluant à travers la production de celui qu'il chérit.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0328.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0334.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0336.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0337.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0339.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0340.JPG

Il arrive cependant que l'un et l'autre se rejoignent pour s'enthousiasmer et vivre pleinement le moment présent, communiant dans l'éphémère de l'instant.
La prestation de Steven WILSON ce soir au Cirque Royal de Bruxelles fait partie de ces rares moments, et concourt à la magie de ces instants d'extase...
Full review maintenant ici en ligne, et clichés complémentaires sur notre www.facebook/Intensities-in-10s-Cities

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0411.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0412.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0414.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0415.JPG

lundi 18 février 2019

Steven WILSON @ Cirque Royal, Bruxelles - 18 février 2019

StvenWilson_Bxl_PhotoPass_18fev2019.JPG
Dresser un portrait de Steven WILSON peut s'avérer de prime abord une tâche assez rebutante. Avec ses cheveux ni assez longs ni assez courts, ses fines lunettes de vue, son teint pâle et sa silhouette mince de végétarien, l'homme n'a rien d'une rock star et il ressemble davantage à un étudiant en anthropologie malgré ses 50 et des berges.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0036.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0126.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0165.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0241.JPG

En outre, sans aller jusqu'à donner raison à un chroniqueur qui lui attribuait le charisme d'un bigorneau, on ne peut que rester parfois perplexe devant son jeu de scène (pieds nus, pointant des index énigmatiques vers le public entre deux riffs ou secouant sa main libre dans le vide lorsqu'il chante débarrassé de sa guitare).

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0261.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0050.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0349.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0415.JPG

Du côté de sa vie personnelle, ce n'est guère plus enthousiasmant, rien ne filtre, ou si peu. Pas de frasques à se mettre sous la dent, ni de petites amies délurées. Les filtres, d'ailleurs, il en a souvent utilisés au début de sa carrière, en studio pour masquer une voix à laquelle il accordait peu de confiance, sur ses disques en se cachant derrière de nombreux pseudonymes fantaisistes ou sur scène avec des lunettes et un rideau de cheveux qui lui masquaient le visage.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0378.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0440.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0082.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0480.JPG

Les pieds nus viennent encore de là: Steven WILSON avoue une aversion depuis l'enfance pour les chaussures. Au départ, il monta sur scène contraint et forcé et l'accepta comme un mal nécessaire ("a necessary evil"). Jouer pieds nus n'exprimait donc pas une quelconque volonté d'affirmer un style, mais juste le moyen de se sentir le plus à l'aise, ou plutôt le moins mal à l'aise possible.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0507.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0512.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0530.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0098.JPG

Et le riff déboule, incisif et hypnotique, à la fois élaboré et limpide, qui vous happe, vous aspire et vous transporte inexorablement. Ce n'est pas tant vous qui pénétrez la musique de Steven WILSON qu'elle qui investit vos synapses, laissant sur les tympans et le cortex sa marque indélébile, pour le meilleur et... seulement pour le meilleur.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0522.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0531.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0540.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0532.JPG

On peut attribuer à la naturelle réserve de WILSON deux origines. Il s'agit d'une part d'un trait de caractère inné, mais surtout d'une décision bien consciente. Il aurait sans doute pu accomplir les efforts nécessaires pour se mettre davantage en avant mais il ne l'a pas jugé utile, ou plutôt il ne l'a pas jugé en adéquation avec la conception qu'il se faisait d'une carrière d'artiste. La musique, sa musique devrait parler pour lui. C'était cela qu'il voulait livrer au public et rien d'autre, surtout pas, en tout cas, une mise en scène de sa personnalité.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0545.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0570.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0621.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0633.JPG

N'allez pas y voir de la fausse modestie ou une extrême pudeur. En vérité, Steven WILSON considère que toutes les informations privées émanant de sa personne ne pourraient que polluer son oeuvre. Car il sait finalement très bien ce qu'il veut atteindre et ne compte pas distraire l'auditeur avec autre chose que ce qu'il a enregistré. Il reconnait éviter toute cette nouvelle société de l'immédiateté qui permet de tout savoir sur les artistes en les googlelisant parce qu'elle fait disparaître la magie.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0091.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0173.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0276.JPG

Certes, il est bien conscient de passer pour une sorte de rabat-joie et d'antisocial, mails il le récuse car l'essentiel pour WILSON est de préserver la part de mystère indispensable pour que la magie opère, cette magie qui va faire que le fan va considérer le musicien de rock comme une rock star, comme une icône hors du monde du commun des mortels.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0286.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0387.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0538.JPG

Il estime simplement en fait que c'est la condition sine qua non pour que la musique touche l'auditeur ainsi qu'elle le faisait dans ces années '70 qu'il regrette tant. Aussi parle-t-il lui-même comme le fan qu'il est resté lorsqu'il déplore que l'on pouvait savoir ce qu'a pris David Bowie au petit-déjeuner, allant même jusqu'à y voir la mort du rock en tant que mythe.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0614.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0655.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0659.JPG

Se préserver pour préserver le mystère, voilà quel pourrait être l'un des aspects de la profession de foi de WILSON, non pour devenir lui-même une icône mais simplement pour que son public puisse éprouver des sentiments analogues à ceux qu'il avait pu ressentir lui-même adolescent pour les artistes qu'il admirait alors. Une relation à l'ancienne en quelque sorte, reposant essentiellement sur l'oeuvre elle-même.

StevenWilson_Bxl_18fev2019_0643.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0648.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0653.JPG StevenWilson_Bxl_18fev2019_0666.JPG

Bien sûr, cette attitude, si elle permet de mettre l'oeuvre en valeur et de préserver son jardin secret, possède un revers: à trop s'effacer derrière sa musique, Steven WILSON n'a pas su attirer l'attention des médias populaires, parce qu'il n'est pas apparu comme l'homme d'exception pouvant captiver les foules, susciter l'engouement. Et pourtant, il réalise des choses exceptionnelles, d'où sa réussite à défaut peut-être de succès.

Steven_Wilson_CirqueRoyal_18fev2019.JPG StevenWilson_CirqueRoyal_18fev2019.jpg StevenWilson_Bxl_18fev2019_0001.jpg

Difficile donc de peindre un portrait précis et fidèle de l'individu qui pourrait réparer cette relative injustice puisqu'il manque les matériaux permettant de le concevoir....
Ces extraits, nous nous permettons de les emprunter aux premières pages du remarquable ouvrage de Frank BARDEL "Steven WILSON, the Dark Side of the Prog" (© Editions Camion Blanc - 2017). Ils ne peuvent que vous inciter à en savoir plus en vous invitant au voyage. En vous invitant à plonger dans l'oeuvre multiple et protéiforme du dernier génie conceptuel qu'a probablement enfanté le 20ème siècle..

- page 1 de 26