Arden_Cover_bill.jpeg
Aux petits enfants qui font des singeries, on dit dans la région : "Si les cloches de Saint-Hubert sonnent, tu vas rester comme cela toute ta vie ". Faut croire que ça fonctionne également avec ces grands enfants de ABBEY ROAD, puisqu'ils ont choisi St-Hubert pour y immortaliser le DVD live de leurs 25 années de singerie(s). A force de singer les Beatles, la comparaison est facile même si comparaison n'est pas forcément raison. D'ailleurs, toute cette soirée est-elle bien raisonnable ? Dernier coup de batterie, dimanche pas loin de 1h du matin : il fait encore 25° au thermomètre en cette 25ème heure de ce samedi de 25 ans de Tribute to The Beatles. Ahhhh, ce "Hey Jude" presqu'a cappella qui monte en c(h)oeur, d'une foule compacte vers les étoiles intactes, et qui donne à cette nuit la luminescence d'un astre absent (http://www.youtube.com/watch?v=-lZVarAgDco). Si la fumée conserve les viandes et l'alcool les fruits, que peut donc bien conserver la musique si ce n'est la nostalgie d'une époque pourtant à jamais révolue qui, presque, redevient réalité - ou mirage - cette nuit...?

AbbeyRoad_25ans2012_0008bis.JPG
AbbeyRoad_25ans2012_0012.JPG AbbeyRoad_25ans2012_0129.JPG AbbeyRoad_25ans2012_0014.JPG AbbeyRoad_25ans2012_0058.JPG AbbeyRoad_25ans2012_0082.JPG AbbeyRoad_25ans2012_0113.JPG
AbbeyRoad_25ans2012_0145.JPG

Un quatuor à cordes planté stage right, quatre cuivres postés stage left, ça le fait. Tant visuelle que sonore, cette configuration généreuse et bien charpentée de ABBEY ROAD (re)donne une consistance pulpeuse et du coffre à ces microsillons qui semblent reprendre vie le temps d'un soir. Cette magie à corde et à vent doublée de synthé opère un effet littéralement bluffant sur le produit fini. Cet effet cordes/cuivres est à ABBEY ROAD ce que la Shelby est à Mustang : c'est dire ! Qui plus est et comme si ça ne suffisait pas, le tout est monté en neige par un line up que viennent enrichir des guest qui rejoignent le temps d'un morceau leurs (ex-) comparses sur scène pour quelques joyeuses passes d'arme du temps passé.

AbbeyRoad_25ans2012_0116.JPG
Reste que l'écho de "While my guitar gently weeps" renvoyé par les murs de la place et par ceux de la basilique voisine ne suffit cependant pour une fois pas à transcender cette version exceptionnelle de Jeff Healey. A moins que ce ne soit le grand saint local qui ait décidé que cela suffisait pour ce soir ? A force de voir ainsi mettre le feu à la place, sans doute craint-il le retour des sorcières et des bûchers. Et à propos de bûcher, on en a déjà brûlé pour moins que ça en Ardenne : parce que pour pour remercier la Province de Namur en plein Luxembourg, faut en avoir ! A moins d'être hérétiques, je n'en connais pas qui auraient osé...

AbbeyRoad_25ans2012_0035.JPG
AbbeyRoad_25ans2012_0071.JPG AbbeyRoad_25ans2012_0070.JPG AbbeyRoad_25ans2012_0059.JPG AbbeyRoad_25ans2012_0009.JPG

N'empêche qu'après un quart de siècle de singeries, l'effet ABBEY ROAD reste intact - à moins que ce ne soit l'effet Beatles. Les images et les sons de cette nuit restent comme les stigmates de chardons ardents et des braises du barbecue qu'on vient de quitter : un rien suffit pour raviver la flamme. Ne reste plus qu'à attendre le dvd pour savoir si l'on n'a pas rêvé. Bon, mais quand même, moi j'attends le tribute aux Fab Four la fois où ils sont montés sur scène bien explosés pour un délire acidulé en live, ponctuant leur show de dérapages plus ou moins contrôlés avant que tout ne parte en vrille dans une folle et franche cacophonie suramplifiée des plus psychédéliques. Moi, j'attends ce tribute-là - et s'il faut aider...

AbbeyRoad_St-Hubert_18082012_redim.jpg
More Abbey Road pix & reviews @ http://www.intensities-in-tens-cities.eu - All the World is a Stage - Chapt. 1 : The VIntage Years 1978-2011