APEx_release_party_bill_bis_Mai2014.jpg
On sait qu'il est des albums qui prennent toute leur dimension et toute leur consistance live on stage. Nous ne pensions pas, mais alors là pas du tout que le Cambridge d'Alain Pire Experience était de ceux-là, tant l'aspect policé et bien léché de sa production en faisait déjà en soi une petite perle bien proprette à ne pas trop bousculer pensions-nous (à tort). C'était oublier à qui nous avions à faire, et disons-le tout de go: Alain Pire Experience live on stage, c'est quasi une tuerie! Au point que cela fait longtemps déjà que nous n'avions pas été contraint d'enfiler nos bouchons, c'est dire.

AlainPireExp_052014_0007.JPG AlainPireExp_052014_0006.JPG AlainPireExp_052014_0010.JPG AlainPireExp_052014_0009.JPG AlainPireExp_052014_0003.JPG

Cette guitare (trop ?) propre sur la version studio se métamorphose sur scène, devenant grasse, envahissante et presque méchante la garce! Les compositions à l'allure extra-terrestre sur CD tant elles sont savamment construites et comme venant d'une autre dimension, deviennent tout à coup bien vivantes et même méchamment bluffantes. C'est comme si le gentil petit Alain à l'air inoffensif se métamorphosait soudainement en violent Alien qui vous fait des trous dans la tête ! La scène ne trahit pas la complexité des arrangements ni la savante architecture des compositions, que du contraire: par la main du maître (His Master Voice?), l'album trouve par le truchement du live le chouïa de testostérone et le tchû de volume qui, tout à coup, semblent maintenant manquer sur le CD.

AlainPireExp_052014_0011.JPG AlainPireExp_052014_0002.JPG AlainPireExp_052014_0012.JPG AlainPireExp_052014_0008.JPG AlainPireExp_052014_0013.JPG

La profondeur et la puissance proprement contenues comme par pudeur (ou prudence?) sur la version studio explosent sur scène: Alain Pire Experience live on stage, c'est comme un moteur qu'on débride après un long rodage, comme un marin qu'on lâche au port après trois mois de haute-mer. Ca fout un grand coup de pied au cul et une baffe dans la gueule, alors que tout est caresse et douceur sur la platine: à se demander si c'est le même APEx !

AlainPireExp_052014_0005.JPG
Etoffé ce soir de quelques SUCH A NOISE de derrière les fagots avec un zeste de Jimi Hendrix et un soupçon de Robert Johnson pour que le set tienne la distance, il n' y a pas à dire mais il est des soirs où non seulement la surprise est au rendez-vous, mais la claque aussi. De bon augure pour la suite, tout ça: un nouveau power trio serait-il né...?!

AlainPireExp_052014_0014.JPG