Un excellentissime ROTTING CHRIST aide à faire passer l'arrière-goût passablement guignolesque des Suisses de SILVER DUST qui officient en tout, tout début de soirée, avant même l'heure officiellement annoncée. ROTTING CHRIST est à ce point bon que cette soirée à la KuFa vient s'ajouter aux rares souvenirs que nous conservons d'opening act prenant manifestement l'ascendant sur la tête d'affiche...

RottingChrist_KuFa_10dec2019_0127__2_.JPG RottingChrist_KuFa_10dec2019_0100__2_.JPG RottingChrist_KuFa_10dec2019_0057__2_.JPG
RottingChrist_KuFa_10dec2019_0054__2_.JPG RottingChrist_KuFa_10dec2019_0006__2_.JPG RottingChrist_KuFa_10dec2019_0039__2_.JPG

Le Christ Pourrissant est une (bonne) chose, musicalement parlant. Mais cependant une toute autre chose quand il s'agit de creuser certaines pensées propagées par le band (du style le christianisme est la pire chose qui soit arrivée à l’humanité: une ruse bien organisée pour contrôler la société). Soit... Sans doute une version hellénistique d'un certain opium du peuple ressassé à la sauce moussaka grecque. Passons - le métaleux moyen et bas du front est un exemple de réfraction, pas nécessairement de réflexion.
Dans le cas contraire, ça se saurait.

Moonspell_KuFa_10dec2019_0176__2_.jpg Moonspell_KuFa_10dec2019_0179__2_.jpg Moonspell_KuFa_10dec2019_0181__2_.jpg
Moonspell_KuFa_10dec2019_0089__2_.JPG Moonspell_KuFa_10dec2019_0102__2_.JPG Moonspell_KuFa_10dec2019_0165__2_.JPG

Si MOONSPELL joue presqu'à domicile avec un parterre bien portugais qui a fait le (court) déplacement, leur set nous laisse toutefois un goût de trop peu, de pas assez. En fait, non, ce n'est pas leur set qui laisse à désirer, mais ce sont plutôt leurs compositions. Ce qui est en soi un tantinet plus inquiétant.

Moonspell_KuFa_10dec2019_0173__2_.JPG Moonspell_KuFa_10dec2019_0092__2_.JPG Moonspell_KuFa_10dec2019_0157__2_.JPG

Il y a bien l'une ou l'autre morceau de gras à se mettre sous la dent, mais leurs compositions manquent manifestement de consistance. Non pas qu'elles soient inintéressantes, que nenni, mais elles manquent de rugosité et surtout de profondeur dans leur expression live. Une dimension est manquante, aux abonnés absents, celle précisément qui fait toute la différence.

Moonspell_KuFa_10dec2019_0044__2_.JPG Moonspell_KuFa_10dec2019_0055__2_.JPG Moonspell_KuFa_10dec2019_0085__2_.JPG Moonspell_KuFa_10dec2019_0093__2_.JPG
Moonspell_KuFa_10dec2019_0099__2_.JPG Moonspell_KuFa_10dec2019_0134__2_.JPG Moonspell_KuFa_10dec2019_0151__2_.JPG Moonspell_KuFa_10dec2019_0108__2_.JPG

MOONSPELL nous laisse sur notre faim presqu'à chaque morceau, au point de se demander si nos lascars ne les raccourcissent ou ne les amputent pas. Certaines compositions devraient décoller, partir en vrille, emprunter l'highway to hell ou le stairway to heaven. Mais non, bardaf: a chaque fois, le soufflé retombe avant même d'avoir eu ou pris le temps de monter. Le lait tourne avant même d'être devenu beurre. La chenille se fait bouffer avant même d'être devenue papillon. On éjacule en poudre...

Moonspell_KuFa_10dec2019_0164__2_.JPG Moonspell_KuFa_10dec2019_0117__2_.JPG Moonspell_KuFa_10dec2019_0178__2_.jpg Moonspell_KuFa_10dec2019_0182__2_.jpg

Un MOONSPELL décevant donc, comparativement à l'impression pourtant toute autre qu'ils nous avaient laissée lors de leur excellente prestation au Graspop Metal Meeting de 2016. Comme quoi le vin a parfois une toute autre saveur selon le flacon dans lequel il est servi. A moins qu'il ne décante tout autrement selon qu'on l'apprécie à la bouteille ou plutôt à la carafe...

Moonspell_KuFa_10dec2019_0185__2_.jpg Moonspell_Tour2019.jpg RottingChrist_KuFa_10dec2019_0068__2_.JPG SilverDust_KuFa_10dec2019_0004__2_.JPG