S_Wilson_25sept2015_0049.JPG
Petit malentendu entre organisateurs, tour management & presse: le concert, annoncé pour 21h00 le matin même encore, débute avec une demi-heure d'avance. Invraicroyable: du jamais vu. Moralité: en pénétrant la Rockhal à 20h40 avec, pensions-nous, une confortable avance, nous voilà amputé des 2/3 du temps imparti pour tirer le portrait de l'animal. Et que dire des autres photographes arrivés 5 minutes plus tard et restés tout bonnement sur le carreau...?!

S_Wilson_25sept2015_0020.JPG S_Wilson_25sept2015_0006.JPG S_Wilson_25sept2015_0004.JPG S_Wilson_25sept2015_0009.JPG S_Wilson_25sept2015_0002.JPG S_Wilson_25sept2015_0013.JPG S_Wilson_25sept2015_0023.JPG S_Wilson_25sept2015_0021.JPG

Une tournée mondiale de 15 mois qui passe par deux sold-out au Luxembourg, c'est tout bonnement du bonheur à l'état pur. Who was here 6 months ago, last March I think ? lance un Wilson tout guilleret avant de se reprendre devant la mer de bras levés: Who was NOT here 6 months ago...?! Et de nous promettre quelques variantes dans sa set list évolutive au cas où certains penseraient perdre leur temps ce soir (sic). S'il s'agit toujours bien de parcourir presqu'in extenso son su-per-be et dernier "Hand. Cannot. Erase", Wilson ne manque pas de diversifier la matière première de son répertoire et de l'enrichir de pépites qui nous replongent allègrement et avec délectation jusque dans de savoureux PORCUPINE TREE du millénaire dernier.

StevenWilson_25sept2015.jpg
Entouré d'une garde prétorienne à 50% renouvelée comparativement à mars dernier, Steven WILSON distribue ainsi les cartouches à ses lieutenants à l'instar d'un chef d'orchestre - ou plutôt d'un chef de guerre. Tel un maitre de cérémonie, il évolue dans des configurations scéniques à l'image de la diversité de ses productions studios et de l'éventail de ses talents. Et si l'emballage diffère peu ou prou, il en est de même du contenu - ou plutôt non: ça reste du Steven WILSON même si ça peut s'appeler autrement. PORCUPINE TREE avait d'ailleurs débuté comme un projet solo. Aujourd'hui, Wilson dispose peut-être en solo d’un supplément de liberté pour évoluer avec des musiciens d’horizons différents, ce qui lui permet d’appréhender d’autres styles musicaux avec moins de compromis à faire.

S_Wilson_25sept2015_0026.JPG S_Wilson_25sept2015_0007.JPG S_Wilson_25sept2015_0015.JPG S_Wilson_25sept2015_0028.JPG

S_Wilson_25sept2015_0045.JPG
L'animal a besoin de surprendre et n’aime pas se répéter. Maitre absolu des ambiances contrastées, géniteur hors-pair d'univers parallèles, créateur d'atmosphères complexes et d'émotions contrastées aussi langoureuses et ouatées que brutales l'instant d'après, génial concepteur d'instrumentaux aériens virant aux choeurs avant d'être hachés par d'incisives guitares ou de complexes percussions, Steven WILSON offre ce soir une nouvelle démonstration de son génial talent, de son insatiable et prolifique cerveau à la production gargantuesque.

S_Wilson_25sept2015_0035.JPG S_Wilson_25sept2015_0044.JPG S_Wilson_25sept2015_0011.JPG S_Wilson_25sept2015_0019.JPG

StevenWilson25sept2015.jpg
S_Wilson_25sept2015_0040.JPG S_Wilson_25sept2015_0037.JPG S_Wilson_25sept2015_0046.JPG S_Wilson_25sept2015_0036.JPG

Cet homme demeure unique dans le paysage actuel, et s'avère être hors normes depuis bien des années maintenant. C'est bien simple, si Steven WILSON n'existait pas, on n'aurait même pas idée de ce qu'on ne connaîtrait pas. C'est dire dans quelle triste ignorance demeurent présentement quelques milliards d'êtres humains ici-bas...

S_Wilson_25sept2015_0001.JPG Steven_Wilson_25sept2015.jpg S_Wilson_25sept2015_0030.JPG