Volbeat_PhotoPass_2019.JPG
"Mutual respect ! Real rockers are here @ 06:50 pm for real rock'n'roll, for REAL r'n'r - Mutual respect !"
Le ton est donné par DANKO JONES, qui récompense l'assistance présente dès l'ouverture des portes en ce tout début de soirée par ce qu'il sait faire de mieux: nous asséner un set parfait, carré, mené tambour battant. Un set carré rondement mené - ou la quadrature du cercle enfin résolue...

Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0099.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0096.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0109.JPG
Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0050.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0035.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0073.JPG

DANKO, vous l'aurez compris, on l'adore. Tant le personnage que ses compos. On a dû décliner l'interview qu'il nous réservait en milieu d'après-midi, et au cours duquel on aurait bien aimé en savoir plus sur ce qui continue à booster le personnage depuis tant d'années, et à le pousser sur les routes encore et toujours. S'il y a bien un gars qui n'a pas changé d'un iota depuis tant d'années, c'est bien DANKO JONES. Et ses compositions. Et son humour. Et son look.
DANKO JONES, c'est un coup de fraîcheur et une cure de jouvence qui (per)dure depuis des années. Sans doute est-il dépositaire de l'élixir de jeunesse universelle - à moins qu'il n'en soit le magique et génial créateur ?

Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0074.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0105.JPG Baroness_Rockhal_07oct2019_0063.JPG

Le Man in Black demeure toujours aussi explosif sur scène, d'une expression empreinte d'une rare spontanéité et d'une fausse nonchalance aussi inhabituelle que sans doute feinte. Son rock carré, primaire et basique est appuyé par des chorus simples et percutants qui restent dans l'oreille dès la première écoute. L'ensemble délivre une force de frappe aussi redoutable que bon enfant - et sur scène, et sur la platine.

Danko_Jones-07oct2019.jpg Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0019.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0055.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0094.JPG
Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0023.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0058.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0103.JPG Danko-Jones_Rockhal_07oct2019_0111.JPG

La formule power-trio reste définitivement la plus épurée et la plus efficace qui soit pour laisser parler la poudre. Pas de longs-couteaux inutiles, pas d'esbroufe superflue, pas de déperdition d'énergie ni de figuration ostentatoire. On en reste aux fondamentaux, l'efficacité et la simplicité primant sur tout le reste. A l'image d'une Mustang qui n'a besoin ni d'électronique ni d'assistance en tous genres pour laisser toute la place à l'énergie brute, à la puissance primale. Et pour faire parler la gomme comme DANKO JONES fait parler la poudre et let the music do the talking.
Pas vraiment du VOLBEAT...

Volbeat_Rockhal_07oct2019_0130.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0135.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0124.JPG
Volbeat_Rockhal_07oct2019_0020.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0028.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0030.JPG
Volbeat_Rockhal_07oct2019_0047.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0048.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0070.JPG

Certes, VOLBEAT a pour lui le public d'une Rockhal où les derniers tickets se sont vendus ce soir au guichet - et à un prix non négligeable. Le genre de prix qui ne rechigne pas le soi-disant rocker lambda qui s'offre un concert par an, voire deux tout au plus. Le genre de public bigarré où toutes les générations, toutes les conditions sociales et tous les genres sont réunis, avec un leitmotiv: le t-shirt noir à l'effigie de leurs idoles. Et un point commun: ce même goût pour le mainstream facile et cette même attirance pour les fredaines entraînantes qui ne resteront pas dans les an(n)ales mais qui font juste du bien par où ça passe au moment où ça passe...

Volbeat_Rockhal_07oct2019_0071.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0090.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0101.JPG
Volbeat_Rockhal_07oct2019_0112.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0115.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0140.JPG

The Offspring, Nickelback ou Greenday pour n'en citer que quelques-uns drainent une audience similaire, attirée par des refrains simplistes servis toutefois par une artillerie qui se veut lourde. A l'expérience, cette cavalerie n'est cependant pas plus lourde qu'une palourde; elle n'est que volumétrique: elle prend de la place, elle remplit les vides mais n'est en définitive guère consistante et n'a que peu de masse critique. Elle impressionne les bleus mais indiffère les poils...

Volbeat_Rockhal_07oct2019_0063.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0067.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0073.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0077.JPG
Volbeat_Rockhal_07oct2019_0085.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0114.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0149.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0118.JPG

Nous avions déjà expérimenté la VOLBEAT touch lors du Sweden Rock Festival 2014. Si c'était alors en clôture de toute fin de festival après un inégalable Ted NUGENT, c'est ce soir après un explosif DANKO JONES, de quoi souffrir à nouveau de la comparaison. VOLBEAT est au rock'n'roll ce que Star Wars est au cinéma d'auteur: ça plaît aux masses, mais ça ne (nous) fait pas grimper aux rideaux. Un peu comme BARONESS qui était en milieu d'affiche, au sens propre entre le marteau DANKO et l'enclume VOLBEAT...

Volbeat_Rockhal_07oct2019_0120.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0150.JPG Volbeat_Rockhal_07oct2019_0125.JPG